L’errance désirante

message-du-bout-du-monde-errance

 

« C’est quand même une illusion incroyable de penser que les gens ont une identité, sont collés à leur fonction professionnelle, père, mère, tout ça… Ils sont complètement errants et hagards. Ils fluent. Ils foutent je ne sais quoi à la télé, ils ont l’air fixés, pris dans une constellation, mais ils sont en adjacence par rapport à un tas de systèmes d’intensité qui les parcourent. Il faut vraiment avoir une vision intellectuelle complètement rationaliste pour croire qu’il y a des types bien constitués qui se déplacent en conservant leur identité dans un champ. C’est de la blague tout ça. Les types, c’est tous des errants, des nomades. Il s’agit de savoir si cette errance tourne autour d’un piquet, comme une chèvre, ou si c’est une errance désirante qui arrive justement à se repérer par rapport à des points de fuite désirants, déterritorialisants. »

Félix Guattari – Deleuze, lettres et autres textes, entretien sur l’Anti-Oedipe avec Bellour, p 207

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s