L’échange impossible

impossible2

Mes pensées déterminent le monde dans lequel je vis, pour autant que je sois arrivé à penser comment ce sont les pensées qui me pensent, et le discours dans lequel mon sujet est pris qui me parle…

Ce n’est pas moi qui bois le thé, c’est le thé qui tente de développer ses racines en moi et, in fine, m’absorbe et me boit.

Ce n’est pas moi qui fume, c’est la fumée qui me fume.

C’est le livre qui me lit.

C’est la télé qui te regarde.

C’est l’objet qui nous rêve.

C’est l’effet qui nous cause.

Ce sont les mots qui nous disent..

Le temps nous perd, l’argent nous gagne, la mort nous guette.

(libres variations de Christian Dubuis Santini d’après un texte original de Jean Baudrillard, L’échange impossible, Gallimard)

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s