L’éthique de la psychanalyse

– Lacan […] définit le sujet de l’inconscient comme étant assujetti aux signifiants qui le constituent et le représentent. Le « sujet » lacanien n’est pas identifiable à l’homme en tant qu’individu qui vient consulter le psychanalyste ou à celui qui serait susceptible de faire l’objet d’une étude anthropologique ou philosophique. C’est le sujet qui vient se dire, et sous une forme méconnue par l’intéressé lui-même. Il faut l’Autre ( place occupée par le psychanalyste ) pour entendre ce qui vient se signifier, plutôt que se dire. Il convient de rapprocher ce sujet de la linguistique dans la mesure où celui-ci est le support d’une division entre le sujet de l’énonciation et le sujet de l’énoncé – avec les impasses que cela comporte, comme en témoigne le célèbre paradoxe du menteur. Cependant, là où la psychanalyse fait apparaître la division du sujet, c’est dans son double rapport, d’une part, au signifiant qui le représente auprès des autres signifiants, d’autre part, dans ce qui le supporte dans son rapport à l’objet, c’est-à-dire dans son fantasme. L’objet, que Lacan désigne comme « objet a », l’objet même de la psychanalyse, a ainsi une définition structurale; comme étant dans un rapport fondamentale, fantasmatique au sujet; sa place peut être occupée par l’un quelconque de ces objets ( sein, pénis, face, oeil, savoir…) dont la psychanalyse a montré l’importance prévalante qu’ils ont dans l’organisation fantasmatique.

Le psychanalyste se soutient de cette place, celle de l’objet a, puisque c’est à partir de là qu’il peut entendre ce qui vient se signifier dans le discours de son analysant, c’est-à-dire le sujet même qui parle par sa bouche à travers les détours et les méandres de son discours. Et cela constitue donc une éthique, qui est une éthique du sujet, celle-là même qui est énoncée dans la célèbre phrase de Freud : Wo es war, soll Ich werden, improprement traduite par :  » Là où le ça était, le moi doit advenir » – ce qui renvoie à la deuxième topique et à la théorie impliquée par l’ego psychology. Lacan traduit différemment:  » Là où c’était, le je – le sujet – doit advenir « , formule digne d’être soulignée, parce qu’elle exprime le seul sollen, le seul « devoir être » qui soit cohérent avec la doctrine psychanalytique.

La psychanalyse est une éthique du sujet, c’est-à-dire du rapport qu’entretient celui-ci avec le désir. On peut dire aussi que cela consiste dans la traversée du fantasme: non par la suppression du fantasme, qui supposerait la possibilité d’un accès direct au réel, et ainsi une organisation du désir comme étant portée exclusivement par une assujettissement du sujet aux signifiants du discours psychanalytique ( ce qui serait de l’ordre de la conversion religieuse), mais par la possibilité pour le sujet de prendre en compte ce qui, de son désir, ne cédera pas, parce qu’enraciné dans le fantasme.

Une lecture hâtive et tendancieuse du Séminaire de Lacan lui attribue ce sollen:  » Ne pas céder sur son désir ». Lacan disait exactement:  » La seule chose dont on puisse être coupable, au moins dans la perspective analytique, c’est d’avoir cédé sur son désir ». Il en parlait à propos du héros, et tout particulièrement d’Antigone, qui certes ne cédait pas sur son désir face à Créon, au pouvoir, à la société. Lacan propose une analyse assurément différente de celle de Hegel, par exemple, pour qui Antigone était coupable de ne pas se plier à la loi, celle de l’Etat, et d’obéir aux dieux lares, dieux intérieurs et inférieurs. C’est sans doute à cela qu’aboutirait une analyse sociologique ou psychiatrique de la tragédie antique en jugeant qu’Antigone n’a pas fait le deuil de son frère, ou qu’elle est paranoïaque! Mal adaptée sans doute à sa société, manquant de souplesse à l’égard des compromis qui lui sont offerts, Antigone, grâce au regard de l’analyse lacanienne, se voit reconnaître le droit de ne pas céder sur son désir, c’est-à-dire sur le fantasme fondamental qui la lie à son père, à ses frères, aux Atrides, qui lui donne son identité subjective et lui font affronter la mort et l’opprobre . C’est ainsi que le héros, au sens lacanien, n’a certes pas attendu la psychanalyse pour mettre en échec l’éthique du maître, ici incarné par Créon et par le choeur. Mais aussi – et c’est bien là que la psychanalyse fait apparaître la spécificité d’une éthique – une telle lecture de notre expérience d’analystes nous permet d’entendre qu’elle est le lieu où le sujet ne cédera pas, dans son fantasme, sur son désir – à l’encontre de tout ce que tentent de lui imposer une famille bienveillante, une société répressive ou des psychiatres, hommes de bien, animés des intentions les meilleures et les plus humanitaires. C’est en dépit de toutes ces tentatives que le névrosé le plus modeste témoigne de ce qu’il y a des points sur lesquels on ne cède pas, même si cela se paie par les pires malheurs, jusqu’à la mort inclusivement.

L’éthique du psychanalyste ne consiste pas à proposer ou à imposer une nouvelle morale concernant le désir, mais à faire apparaitre le sujet là où n’existaient que des forces obscures et contradictoires qui ne pouvaient jusqu’alors se signifier, faute d’avoir été entendues. C’est là qu’elle diffère radicalement de ce qui, d’une manière ou d’une autre, découle du discours du maître, c’est-à-dire la production d’énoncés prescriptifs qui sont censés assurer à l’esclave plus de biens, plus de jouissance, et même, plus de désir, plus de liberté.

Il est finalement significatif que tant de disciples de Freud et de Lacan aient retourné les énoncés descriptifs qu’ils avaient produits pour en faire des énoncés prescriptifs.

« Guéris! », dit Sandor Ferenzi; « Jouis! », dit Wilhelm Reich; « Sois un machine désirante! » dit Félix Guattari; « Ne cède pas sur ton désir! », dit Jacques-Alain Miller.

La position du psychanalyse est « antiprescriptive ». Elle s’annonce dans la règle fondamentale, c’est-à-dire dans une incitation à continuer à parler, mais surtout sans que l’analysant s’impose à lui-même des règles: celle de dire ce qu’il croit devoir dire, celle de taire ce qu’il croit devoir taire.

( Jean Clavreul, Loi, Ethique et Psychanalyse, 2014, p.103-106 )

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s